L'alternative au Bokashi ou la lacto-fermentation des déchets

Nous avions déjà testé de garder les déchets (qui ne vont pas dans le lombricomposteur) dans un pot en attendant de les composter dans le jardin de mes beaux-parents (nous sommes en appartement), mais l'odeur nous en avait vite dissuadé. Je teste donc la méthode de fermentation des déchets, très largement inspirée de la méthode Bokashi et de la lacto-fermentation en bocaux, pour pouvoir recommencer la même chose, mais sans les effluves nauséabonds (:

Cette méthode, si elle fonctionne, pourra me permettre de réduire encore un peu plus mes déchets en valorisant ceux ne pouvant pas aller dans mon lombricomposteur : ail, agrumes, épices, plats cuisinés, et même les protéines : poissons, viandes... (pour l'instant, je ne teste pas les protéines). Une fois transformés, ces déchets pourront aller dans le composte de mes beaux-parents pour poursuivre leur dégradation.


Je vous propose donc de suivre le pas-à-pas la mise en place de ce principe de lacto-fermentation des déchets, et de vous faire part de l'avancement de cette méthode.

Mon pot de fermentation des déchets et mon bocal de culture pour les bactéries de fermentation. 


Le principe de fonctionnement

Le principe est le suivant : je fais de la lacto-fermenation, non pas en bocal pour conserver des aliments (légumes ou fruits), mais à grande échelle et avec mes déchets pour pouvoir les "prédigérer". Les bactéries transformeront le sucre des détritus en acide lactique, et cela, dans un environnement anaérobie (= sans oxygène). Ce dernier point est essentiel : il permet de prédigérer les déchets dans un pot fermé hermétiquement, ce qui supprime tout risque de mauvaises odeurs et d'infestation par des mouches et moucherons. Mon pot est placé sous l'évier de la cuisine, et je le remplis au fur et à mesure de déchets.

Pourquoi ne pas acheter les EM (=micro-organismes efficaces en français) pour faire du vrai Bokashi ? Tout simplement parce que cela produit du déchet : il y a les emballages de l'envoi postal ainsi que les emballages des EM. Je préfère donc réutiliser ce que j'ai sous la main : contenant, petit-lait, marc de café...


Culture de mes bactéries de fermentation

Vous aurez besoin :

  • d'un support : j'ai utilisé du marc de café (on peut prendre du riz ou du son de céréales),
  • d'un bocal qui se ferme hermétiquement, mais avec un joint caoutchouc pour faire s'échapper le gaz carbonique produit par les bactéries,
  • du sucre non raffiné : mélasse ou sucre roux,
  • un starter (= des ferments lactiques) : le jus de vos légumes ou fruits lacto-fermentés, le petit-lait du kéfir de lait, un peu de boisson faite à partir de kéfir de fruit ou de kombucha.

Je n'avais pas trouvé de DIY sur internet, cette recette est certainement à améliorer. Peut-être que du simple petit lait versé sur du riz suffit...

alternative de bokashi avec petit-lait, mélasse et marc de café
J'ai mélangé dans mon bocal tous les ingrédients : 1/3 de petit-lait, 1/3 de marc de café, 5cs de sucre et j'ai fini de remplir le haut de mon bocal avec de l'eau. J'ai fermé le tout et j'ai laissé reposer pendant 1 semaine. 


La fermentation de mes déchets

On peut y mettre tout ce qui va dans le lombricomposteur, ainsi que (et d'où son intérêt) :

  • ail, oignons... 
  • épices, 
  • agrumes, 
  • plats cuisinés, 
  • protéines : viandes, poissons, produits laitiers...


Matériels

  • un seau qui se ferme hermétiquement
  • un grand sac plastique solide et non biodégradable
  • de quoi faire des trous dans le sac plastique
  • du papier journal
  • ma culture de bactéries de fermentation
  • des déchets organiques


 Pas à pas

Je fais des trous dans le fond de mon sac plastique pour que le jus de la fermentation puisse s'écouler.


Dans la même optique : je coupe les 2 coins inférieurs du sac pour éviter toute stagnation de jus.


Je place le sac dans mon grand pot (ici, j'ai réutilisé un pot de 5kg fromage blanc). Je découpe les bords de mon sac plastique afin que ceux-ci ne débordent pas trop largement.


comment réduire ses déchets
Voilà l'étape de fabrication du contenant terminée.


comment réduire ses déchets avec des bactéries de lacto-fermentation
Je prélève de ma culture de bactéries une quantité généreuse que je mélange de nouveau à du marc de café. Je pense que cette étape est facultative : on peut juste verser un peu de la culture de bactérie sur les déchets.


comment utiliser la fermentation pour réduire ses déchets
Je dépose au fond de mon sac 1 couche de détritus que je recouvre de bactéries, puis je continue de superposer les couches de déchets - bactéries en finissant par une couche de bactéries sur le dessus.


Je recouvre le tout par du papier journal en tassant bien l'ensemble afin de chasser l'air.


comment réduire ses déchets
Je referme de façon hermétique mon pot avec son couvercle.


Chaque fois que j'ai des déchets : 

  • je rouvre mon pot et je retire le papier journal,
  • je rajoute la couche de détritus (coupés en morceaux) et je la recouvre de bactéries,
  • je remets le papier journal sur le dessus et je tasse bien pour chasser l'air,
  • je referme mon pot de façon hermétique.

Note : à chaque fois que je mange un yaourt, je transvase le petit lait dans mon pot à bactérie. Je rajoute un peu de marc de café et de sucre à chaque utilisation de mes bactéries.



Mon bilan

Au bout de 2 semaines, mes déchets ont fermentés et ont une odeur de bière. Du liquide "sirupeux" s'est écoulé au fond de mon pot.


J'ai transvasé mes déchets ainsi transformés dans un composteur pour qu'ils finissent leur décomposition tranquillement. Le bilan est plus que positif : je peux valoriser des déchets qui ne vont habituellement pas dans le lombricomposteur et cela, sans odeur ni moucherons. Je ne fermente pas les protéines (hormis les produits laitiers) car le compost est utilisé pour le potager et j'appréhende de mauvaises bactéries... Une fois mon pot vide, je le réutilise pour une nouvelle "fournée" de déchets à composter !

Aucun commentaire