Permapotager de juillet 2016

Potager, fin juillet 2016

Le potager se remet doucement des inondations, ou du moins de nos dé-plantages / re-plantages du mois de juin. Cela n'a pas beaucoup plu aux plantes et, combiné au manque de soleil du printemps, la végétation n'est pas franchement luxuriante en comparaison à ce que j'ai pu voir dans les différents groupes FB sur la permaculture. Pour ce mois de juillet : nous avons installé des tuteurs, continué le repiquage des plantes, installé des aromates et fait nos premières récoltes ;) Comme nous n'avons pas récupéré le retard accumulé au cours du mois de juin, nous ferons la serre au mois d'août...

Les récoltes

Nous récoltons : des salades, des radis, des blettes, des courgettes et des pommes de terre ;) Les quantités récoltées ne sont pas énormes au vu de la surface du terrain, pour plusieurs raisons :

  • dès le début, nous n'avons pas planté de façon très dense. L'idée de départ était de se familiariser avec le potager, tester les buttes et les carrés de plantation, apprendre à faire des semis et les repiquer, voir combien de temps le potager nécessiterait, et surtout, observer ++
  • certains repiquages n'ont pas pris (notamment le basilic, les aubergines, certains choux, ...),
  • la météo du mois de juin n'a pas été terrible -> attaques des limaces ++,
  • on a déplanté / replanté certains végétaux à cause de l'inondation du mois de juin, ce qui nous a fait perdre encore quelques plants...

La notion de "densité de plantation" prend maintenant tout son sens avec les récoltes. Je rappelle que le terrain cultivé fait 500m² (sur une parcelle de 1000m² et dont les 500m² Sud sont laissés à "mère nature") pour 7 personnes : pour l'année 2016, nous sommes très loin de l'autosuffisance en produits maraîchers.

Blettes

Radis rouges

Pommes de terre du carré témoin d'électroculture, avec 2 mois d'avance.

Radis meat, on aurait pu encore laisser pousser celui-ci en terre...

Exemple de courgette récoltée : sans aucun produit phytosanitaire ;)

Les repiquages et évolutions des semis


Semis de carotte de Colmar : enfin elles pointent le bout de leur nez !


Beaucoup de nos basilics n'ont pas résisté aux repiquages. Nous en avions mis pourtant beaucoup : à côté de chaque pied de tomate ! Certains, plus vigoureux, ont quand même résisté.

Nous avons fait aussi des semis de basilic en pleine terre. Ils ont mis pas mal de temps avant de sortir : on a longtemps cru qu'ils ne sortiraient jamais ! Il faudra les éclaircir dans pas longtemps : nous en transplanterons dans les buttes.

On a installé plusieurs pieds de thym, par-ci par-là sur les buttes. C'est une plante aromatique que l'on utilise beaucoup en cuisine mais qui a aussi une utilité au potager : elle protège les plantes des insectes.

Le maïs a finalement bien pris sur la butte n°10 (triade courge + haricot + maïs) et il y en avait de trop (forcément : je ne voyais aucun pied de maïs pousser, du coup j'avais replanté une multitude de grains. Finalement, beaucoup de grains de maïs ont poussé lol). On a donc transplanté les pieds de maïs plus chétifs et surnuméraires de la butte n°10 vers la butte n°1, ici sur la photo (et qui a des butternuts). Après 2 semaines, je confirme que le maïs se transplante bien, moyennant un bon arrosage au départ.


Persil frisé


Plant de choux rouge. Bon, il a été un peu grignoter par-ci par-là, mais il tient bon lol

Les plantes que nous laissons monter en graine

L'un des principes de la permaculture est d'avoir des plantes adaptées à l'éco-type de son potager. Quoi de mieux que de créer soi-même ses semences ? Nous laissons donc monter en graines certaines plantes afin de faire nos propres semences : nous choisissons les plants les plus résistants à cet effet, car les plants issus de ces semences seront les plus adaptées à notre potager. Ce sera aussi l'occasion de faire des échanges de graines l'année prochaine, pour acquérir des légumes de variétés anciennes de notre région.

Salade qui monte en graine
Nous sommes de gros consommateurs de salade : il nous faut donc une grande quantité de graine pour l'année prochaine !

Fleurs de radis rouge
Idem que pour les salades : nous en consommons beaucoup. Ce qui est bien avec les radis, c'est qu'ils se récoltent seulement 18 jours après les avoir semés.

Fleurs d'oignon jaune et son locataire lol
Je ne savais pas que les oignons faisaient de si jolies fleurs en boule. En plus, la floraison dure longtemps ...

Fleurs de poireau
Ce plant de poireau est issu d'un Q de poireau (biologique) de cuisine replanté

Graines de lentille verte
Nous avions utilisé des lentilles vertes comme engrais vert, semées au printemps. Toutes les lentilles semées n'avaient pas germé : on fera donc le test pour savoir si les semis de nos propres graines marche mieux.

Graines de lin
C'est bête, mais je consomme des graines de lin et jusqu'alors, je ne savais même pas la tête que ça avait !

Graines de lin

Futures graines d'une berce commune (dans la partie sud du terrain laissée libre).
Étant donné que c'est une plante très appréciée des insectes butineurs, je prendrais quelques graines pour les planter sur la partie cultivée du terrain. C'est une plante assez envahissante si on n'y fait pas attention et pourtant, c'est le seul plant existant de tout le terrain ... C'est aussi une plante dont toutes les parties se consomment : je pourrais donc faire des tests culinaires sans toucher à la plante de la partie "libre" du terrain si j'utilise les plantes issues de semis (les graines se sèment dès la récolte - sans les enterrer - ou alors au printemps et en automne).

Mise en place des tuteurs

Nous avons récupéré chez un voisin de longues tiges de bambou pour fabriquer des tuteurs : nous les avons installé pour les pieds de tomates ainsi que les poivrons.

Pieds de tomate et leurs tuteurs en bambou

Pied de poivron rouge et son tuteur en bambou

Évolution du potager et des buttes

Les carrés test et témoin d'électroculture

Bon, notre test de l'électroculture n'a pas franchement été concluant (voir notre test de l'électroculture partie 1 et partie 2) : le carré témoin pousse mieux que notre carré test !

Carré témoin d'électroculture après la récolte des pommes de terre et le repiquage des pieds de pomme de terre. Les grandes plantes qui restent sont les topinambours dont la récolte se fait à partir de la floraison et durant tout l'hiver.

Bon, que dire de notre carré test d'électroculture à part qu'il est "maudit" ? Les semis de panais du mois de juin n'ont pas pris... Mais c'est peut-être à cause des graines de panais elles-même : elles n'ont pas pris non plus sur la butte n°10.

La butte numéro 10 : notre vraie réussite !

La butte N° 10 a été la dernière à avoir été confectionnée. Elle est divisée en 3 parties :

  • la partie sud avec le "trio gagnant" : courge + maïs + haricot. Cette butte est franchement la plus luxuriante de tout le potager !
  • le milieu avec des semis de panais qui ne prennent pas...
  • la partie nord avec des repiquages de poireaux


Les poireaux (partie nord de la butte n°10) ont bien résisté. Les voilà avec, à leurs pieds, les bio-déchets de nos poubelles respectives : pour faire du compostage à froid de surface.

Les potimarrons (partie sud de la butte N°10) : une vraie réussite ;) Il y a eu plein de fleurs et donc, plein de potimarrons sont à prévoir pour la récolte de cet automne ;)

La triade : courge + haricot + courge

Épi de maïs
Nous allons voir si les autres maïs produisent des épis. Si ce n'est pas le cas : nous garderons les grains de maïs de cet épis pour les semer l'année prochaine.

Haricots
Ils ont eu beaucoup de difficultés à "prendre" et nous n'aurons donc pas beaucoup de haricot à récolter. Nous garderons quelques graines de ces haricots pour les planter l'année prochaine.

Autres buttes et carrés de plantation

Les autres buttes paraissent moins "luxuriantes" que la numéro 10, les plantations y étant beaucoup moins denses.

Les buttes, de 1 à 9 avec leurs tuteurs en bambou

Les carrés de plantation avec leurs semis qui ont bien poussé

Le repiquage des radis qui avaient été éclaircis en juin a bien marché.

Les fleurs et légumes qui apparaissent


Bébé aubergine. Je trouve que les aubergines sont plus délicates que les courges à pousser : les plants semblent plus chétifs.

Bébé potimarron de la butte n°10

Courgette sur la butte n° 9. Ce qui est bien avec les curcubitacés dans notre potager, c'est que ça pousse super bien ! 

Fleur de courgette sur la butte n°9

Futures tomates ;) Malgré le manque de soleil et l'humidité du printemps, nous n'avons pas eu de mildiou sur les pieds de tomates, ouf !

Bébé butternut. Pour toutes les courges : nous utilisons des tuiles de récupération pour que le fruit ne soit pas à même le sol (cela évite qu'il ne soit abimé).

En bonus ;)

Chardon-Marie


Fleur de chardon-Marie
Considéré actuellement comme une "mauvaise herbe", on oublie trop souvent que le chardon-Marie peut se consommer (son surnom est "l'artichaut sauvage", bien que cette plante n'ait rien à voir avec la famille des artichauts) : ses feuilles âgées se cuisinent comme les épinards, les jeunes feuilles comme des asperges, les jeunes fleurs comme des artichauts et ses graines comme le café (moyennant torréfaction). Le chardon-Marie est aussi utilisé pour le foie et la vésicule biliaire. C'est aussi une plante mellifère dont la floraison a lieu de juin à août et qui ne nécessite aucun entretien : elle est très résistante, n'a pas besoin d'arrosage et ne se fait pas attaquer par les maladies.

Achille millefeuille


Fleurs de Achillée Millefeuille (sur la partie sud du terrain, laissée libre de toutes interventions humaines)
C'est une plante mellifère qui attirera les insectes ++

Berce commune


Fleurs de berce commune, avec une abeille et un téléphore fauve (partie "sauvage" du terrain)
Toutes les parties de la berce commune sont comestibles et son goût peut rappeler la mandarine. En plus d'être une plante très mellifère, elle a aussi des propriétés médicinales. Nous ne consommerons pas cette plante afin de la laisser s'épanouir naturellement.

Hérisson commun


Jeune hérisson à quelques mètres du potager
Il faut vraiment que l'on s'attelle à la construction d'une maison pour hérisson ! La population des hérissons a beaucoup diminué ces dernières années (destruction de leur habitat, trafic routier, intoxication par les produits phytosanitaires...) et il est protégé en France. Pour aider les hérissons : laissez des passages entre les jardins (le hérisson peut parcourir plusieurs km chaque nuit), aménager un abri pour l'hivernage et laisser sur place des tas de feuilles mortes ou de bois, mettre une petite coupelle d'eau où il ne puisse pas s'y noyer, donner les restes carnés de notre alimentation au lieu de les jeter. Pour tout savoir sur le hérisson : voir le site du Hameau des hérissons.

Vers luisants


Ver luisant dans le potager, le 16 juillet 2016
Les vers luisants sont les femelles lampyres qui attirent les mâles grâce à la lumière qu'elles émettent au bout de leur abdomen. Les lampyres vivent dans les herbes hautes et ce sont les larves qui sont prédatrices (de larves, de limaces, de vers...), les adultes ne se nourrissent pas (ils vivent sur leurs réserves et meurent après la reproduction). La population des lampyres diminue, certainement à cause des produits phytosanitaires utilisés, et notamment les insecticides. Je participe donc au programme Français de l'Observatoire des vers luisants et des lucioles (du CNRS) : j'inscris sur la carte les zones où j'ai pu observer les vers luisants.

Dytique


Dytique dans la réserve d'eau
 Les dytiques sont des coléoptères aquatiques carnivores : ils mangent, entre autres, les larves de moustiques.

Prochainement

Le mois d'août sera assez chargé, normal : c'est les vaaaacances ;) Nous espérons donc rattraper le retard cumulé, avec :

  • la construction de la serre, prévue pour mi-août
  • une formation en apiculture prévue pour août
  • la visite du potager de Daniel Chollet prévue le 13 août
  • le test des buttes en lasagne
  • le début de construction d'une ruche tronc
  • l'installation de notre ruche Warré chez un apiculteur pour obtenir un essaim d'abeilles pour 2017 : nous sommes déjà au mois de juillet et l'installation d'une colonie d'abeilles n'est plus possible en ce moment. Nous souhaitons bien faire les choses et ne pas risquer de perdre la colonie cet hiver...
  • la construction d'une maison pour hérisson : c'est vraiment urgent, car nous avons vu des hérissons se balader dans les parages... Nous aimerions bien qu'une famille élit domicile dans notre potager ;)

4 commentaires

  1. Réponses
    1. Merci ;) et la courgette était aussi bonne que belle !

      Supprimer
  2. Félicitations pour la mise en oeuvre et les résultats obtenus

    MK

    RépondreSupprimer